Millésime 2003

 

 

 

Après un hiver froid et neigeux, le soleil a commencé son apparition début mars et ne nous a plus quitté !
Les mois de février et mars furent très secs et très nettement déficitaires en précipitations (-40 à -50% par rapport à la normale).
Il y eut quelques gelées de printemps, début avril, mais la Côte de Nuits en a peu souffert par rapport aux vignobles situés plus au sud de la Bourgogne.


Les semaines se sont ensuite succédées aux semaines dans un climat qui n'avait jamais été noté en Bourgogne, du soleil chaque jour, pas de pluie, très peu d'orages, et surtout des températures très élevées aussi bien au printemps qu'en été. De mémoire de vigneron, il fallait remonter à la fin du 19ème siècle pour trouver de telles températures !! En effet, même les records de 1947 et de 1976 ont été battus !!

 

De ce fait, la croissance de la vigne fut extrêmement rapide à partir de fin avril, et, à la floraison, vers le 25 mai, on prévoyait déjà des vendanges très précoces, début septembre, ainsi qu'une production inférieure à la moyenne. 

 

Les mois de juin, juillet et août ont été très chauds, avec des températures avoisinant 40°C, sans que la nuit n'apporte sa fraîcheur, et surtout sans aucune pluie. Début juillet, nous commencions à avoir quelques raisins grillés par le soleil, alors que la véraison avait déjà débuté.
A partir du 15 Août, tout alla très vite. En effet, la maturité des raisins s'était accélérée, et le ban des vendanges fut publié pour le mardi 19 Août !!!
Le samedi 23 Août, nous commencions à vendanger, après avoir retrouvé tous nos vendangeurs habituels. Les températures étaient encore très élevées et nous ne vendangions que le matin de 6h30 à 13h00 environ afin de ne pas rentrer des raisins trop chauds. Le système d'air conditionné de la cuverie fonctionnait à son maximum et les cuves étaient également refroidies individuellement.


Les premières analyses faites sur les raisins révélaient une acidité basse avec une maturité irrégulière selon les parcelles. En effet, la trop grande chaleur et le stress hydrique avait parfois bloqué la maturité des raisins, mais les degrés potentiels restaient prometteurs.
Un tri important à la récolte fut indispensable pour éliminer les raisins secs ou grillés. De ce fait, la production de 2003 s'avérait de 30 à 40% inférieure à une année normale, avec des rendements en jus encore plus faibles, 40 à 50% en moins.

 

La vinification fut assez courte, d'une dizaine de jours. Les quantités sont minuscules, les plus faibles jamais enregistrées, mais la qualité est bien présente.
Nous avons pu noter une belle extraction de couleur et une bonne concentration due aux peaux épaisses et au très faible rendement en jus.

Un millésime très particulier dont se souviendront les futures générations de Bourguignons !!!

 

 
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - A consommer avec modération
Mentions légales - Plan du site